YOLO #40

Par défaut

Coucou les sportifs! On ne parle plus de pause en ce qui concerne mon silence depuis plus d’un an… Manque de temps mais surtout de motivations vu que l’objet de mon blog était le sport et la santé!!! Mon tendon d’Achille ayant décidé de me mettre à l’épreuve… j’attendais le moment de rémission… et enfin le voilà (enfin je crois) !!!! TADAAAAM

Je sais que j’ai vanté les mérites de la mésothérapie l’article précédant celui-ci MAIS :
PAS OP / ACHTUNG / ATTENTION !
Je ne peux pas rester en rade sur cet article sans vous mettre en garde!

Je me suis retrouvée avec un tendon en vrac après avoir cumulé les mésothérapies ! Une petite cordelette toute raide et fine et fragile… bref une tendinopathie sévère douloureuse en permanence… rien de sexy tout ça!!

Pourquoi? Tout simplement parce que je n’ai pas fait de kinésithérapie ou exercices spécifiques après et que je n’ai pas écouté ma douleur ! En bonne guerrière Lagertha ‘bélier ascendant bélier’ que j’étais, j’ai foncé, j’ai à nouveau couru… j’ai à nouveau chu… couru, chu, couru, chu… jusqu’au jour où c’était trop tard… donc arrêt de la course à pied malgré moi! C’était couru d’avance (sans mauvais jeu de mot…) !!!

> Faut savoir que la méso masque les douleurs mais ne les guérit pas…
> Faut savoir que quand t’as mal tu dois t’arrêter de courir et t’octroyer un temps de pause de récupération, oui ça parait con à dire mais si si j’insiste… les accros comprendront!
> Faut savoir que j’ai été très conne  naïve  stupide de continuer à courir malgré tout !

2500 séances de kiné et 2500 séances d’ondes de choc plus tard … toujours aucune amélioration! Je vous passe les mois de repos sportif et les faux espoirs à répétitions… Direction échographie du tendon afin de faire une injection de PRP autrement dit injection dans le tendon (oui aie aie ouille ouille) de plaquettes sanguines (les miennes hein, on m’a fait une prise de sang, pour avoir mes plaquettes à mouwaaa). Ces plaquettes aidant à régénérer les tissus du tendon… technique assez récente utilisée sur les sportifs de haut niveau (que je ne suis pas)!

Je ne dis pas que c’est la solution miracle pour tout le monde d’ailleurs c’est pas miraculeux, faut de la patience et un mois de béquilles puis rééducation !!! MAIS mon tendon se régénère enfin, je recommence le sport tout doucettement (danse, vélo elliptique et marche) et RE protocole de Stanish (mouvements excentriques),

Ca a fait exactement un an hier le 21 novembre, que je n’ai plus couru et j’ai survécu … Il semblerait même que je commence à voir le bout du tunnel.
Non pas que j’étais malheureuse, non non non, en fait on oublie vite et on recompose sa vie sans course à pied, je me suis mise au yoga, vélo elliptique, vélo, marche, tricot (ne pas rire)

 

A l’aube de mes 40 piges (OMG… je l’ai dis), il n’est jamais trop tard pour comprendre que :
On a qu’un seul corps, on a qu’une seule vie.
YOLO

#cestçalacrisedelaquarantaine?

 

😉

Publicités

Tendinite du tendon d’Achille, de la galère à la guérison!

Par défaut

Après une longue pause « bloguesque », je me remets enfin au clavier. Je boudais un peu, car j’ai été mise au repos forcé pendant 6 semaines… Il parait que les coureurs doivent s’octroyer un pause annuelle de 2 à 4 semaines pour permettre de se refaire un peu… ça m’a donné bonne conscience! Bon ok, j’ai aussi pris un peu de bon temps au soleil … autant se mettre en mode PAUSE au bon moment !

Après beaucoup de courses et trails jusqu’en juin cette année, j’ai souffert de surmenage sportif. Tout a commencé petit à petit en me levant de mon lit… L’impression de devenir une grand-mère avant l’âge!! Mes premiers pas matinaux ressemblant à la « marche de l’empereur » version « miss doubtfire » (deux belles références cinématographiques mariées à tout jamais). Descendre les escaliers le matin était devenu un vrai calvaire pour moi… j’étais à deux doigts de me commander une chaise électrique Stana! ;-))
En plus d’accumuler des micros traumatismes dans mes jambes, une douleur dans le tendon m’accompagnait lors de mes sorties depuis quelques semaines, les deux premiers kilomètres à froid aie aie aie, une fois échauffée ça passait (ou pas)!

Lire la suite

Summer Bokwa – Save the date !

Par défaut

Maintenant que vous avez certainement lu mon premier article qui explique ce qu’est le Bokwa (retardataires donnez vous une grosse fessée puis cliquez ici). Je vous invite à venir tester cette discipline en VRAI!

Deux cours découverte dédiés aux débutant(e)s seront organisés cet été. Les mercredis 15 juillet et 19 août 2015 de 19h30 à 20h30!

Seance decouverte 2015

Comment ça se passe? Vous venez 5 minutes à l’avance avec une bonne paire de baskets de salle (des vraies baskets please, pas de converse ou petites baskets de ville si jolies soient-elles!!!) et une GRANDE bouteille d’eau!

On commence par 10 minutes d’échauffement, puis c’est parti pour le cours en 3 phases! Learn It! Remix It! Combo It! Entre ces étapes, je ferai deux « pauses » de 5 minutes, pas pour se reposer hein!!! nan nan naaaan! Une pause renforcement musculaire (cuisses, abdos, bras, ça dépend et ça change souvent) ainsi qu’une pause de cardio (exercices divers) ! Pas de prise de tête, on bouge et on s’amuse!!! Pour terminer un retour au calme avec des étirements évidemment (histoire de ne pas être en mode tornade à la maison en rentrant). Ce cours est accessible à tous, hommes & femmes de tous les âges!! Les mouvements peuvent être faits à différentes intensités, tout le monde se sent bien (dans le monde des bisounours), les confirmés tout comme les personnes avec une condition physique moindre.

Si vous hésitez encore (ou pas) voici une vidéo pour vous motiver! Big up à Paul Mavi au passage!

https://www.youtube.com/watch?v=8b_Ye39pB2Q

Je vous donne donc rendez-vous pour ces deux cours d’essais! 6 euros/séance. Inscription via Facebook en m’envoyant un message sur ma page

Logo EASOu ça?
A l’Espace Accord et Sens
rue du printemps 16
6800 Libramont

 

 

 

Allez tu bois quoi ou tu bokwa? ( ok ok 5 coups de batterie pour marquer la blague à deux balles!)

 

Pitaya from Shanghaï to Flohimont

Par défaut

Ma sister est revenue de Shanghaï avec un fruit du dragon, appelé Pitaya !

Ce fruit m’a totalement fait de l’oeil quand je l’ai vu dans son assiette matinale postée sur Instagram de là-bas! Je l’ai donc missionnée de m’en rapporter un de l’autre bout de la planète! Ce qu’elle a gentiment fait.

IMG_7510

Sa forme est assez originale, d’apparence extérieure il est rose/rouge avec des feuilles écailleuses vertes, mais blanc à points noirs à l’intérieur!!! trop joli… Ca m’a d’ailleurs inspiré un nailart coloré et fruité!

IMG_7528        IMG_7687

On doit donc le peler, et en manger la chair. Sa texture se rapproche beaucoup de celle du kiwi mais sa saveur est tout en finesse comme celle du melon ou de la pastèque mais très peu sucré!

Le fruit du dragon est un fruit à cactus. Son apport santé est très important puisqu’en le consommant, vous bénéficiez d’un apport en vitamines A, C, en calcium, en minéraux, en glucides et fibres. Les graines comestibles contiennent des graisses mono insaturées bonnes pour le système cardiovasculaire, ainsi que des oméga-3. Des études montrent que le pitaya est une source importante d’antioxydants également.

Je l’ai dévoré au petit déjeuner! Nature ou saupoudré de stévia selon l’envie de sucré ou non… Avec du fromage blanc et des graines de chia trempées dans du lait de coco!

Bref j’ai aimé ! Mais je n’ai pas la moindre idée d’où je peux trouver ce fruit ici ? Si vous en croisez au primeur du coin, vous pouvez me tuyauter? Car le billet pour l’Asie coute un pont !!!

 

 

 

Des cigarettes aux baskets!

Par défaut

Le 24 mai 2009, je commençais le premier jour du reste de ma vie … sans tabac! Je voulais en finir réellement avec cette « M…. », et je ne pensais pas y arriver si bien! Il faut dire que c’était ma deuxième tentative, mais je comptais bien ne pas retomber dans les mêmes travers qui m’ont conduit à l’échec lors de mon premier essai.

Ce que j’étais loin de savoir à l’époque, c’est que j’allais remplacer cette dépendance par une autre, à savoir la nicotine contre les endorphines! Cette hormone magique – libérée par mon cerveau après un effort d’endurance de 30 minutes minimum – avec laquelle je peux me shooter sans modération !! C’est un médicament naturel, euphorique, antalgique, et anxiolytique… La dépendance aux endorphines n’est pas physique mais bien psychologique, une fois que le sportif ressent cette sensation de bien-être, il a envie de la connaître encore et encore…

J’avoue que comme toute bonne ancienne fumeuse, ma tolérance vis-à-vis des fumeurs est très très très proche de zéro… Le fumeur regorge d’imagination pour ne pas arrêter, il y a ceux qui disent « qu’ils vont arrêter bientôt mais que ce n’est pas le bon moment pour l’instant parce que c’est le stress au boulot » ça fait toujours bien! ou encore « non je peux pas arrêter je deviendrais insupportable pour les autres et pour ma famille », oooh mais quel altruisme !! ou pire ceux qui disent « il faut bien mourrir de quelque chose », là on touche le fond de l’argument le plus débile !!!

Je pense que mon intolérance est proportionnelle avec la difficulté vécue lors de mon sevrage… Il faut savoir que je commençais et terminais ma journée par fumer (pô bien, je sais, je sais…). Je me suis aidée de patchs à la nicotine dosés en trois phases, ça me convenait bien! Ce n’est pas facile… non, la motivation est variable, à chaque jour suffit sa peine, un de plus est une victoire!

J’ai du me battre avec mes habitudes, chaque « premier moment sans cigarette » parait incomplet et doit être surmonté avec succès: le premier BBQ, les premières vacances, le premier resto, la première prise de tête avec un client, le premier embouteillage… Tout est à revivre une fois sans cigarette, pour que chacun de ces moments à vivre reprennent une « normalité sans tabac » que le cerveau doit enregistrer comme référence!

J’ai rapidement eu envie de profiter de mes nouveaux poumons en rénovation! Ayant un fond sportif, je me suis mise à courir pour plusieurs raisons:

  • m’aider à ne pas replonger en m’interdisant d’anéantir mes efforts… les premières sorties en mode rouge écrevisse ça ne s’oublie pas!!!
  • ne pas prendre de poids, même si faut pas rêver!!!
  • évacuer le stress que ça provoquait en moi, plus le stress que la cigarette m’aidait à calmer auparavant!!

Puis de fil en aiguille, on y prend gout à cette nouvelle vie sans descendre à la cave pour fumer, sans stresser le matin parce que le paquet de clopes est rester sur le buffet, sans sinusite chronique, sans essoufflement, …

Petit à petit, on oublie que ça nous manque… Quelques résurgences parfois en « sorties arrosées » les deux premières années, mais je tiens bon pas la moindre bouffée depuis… croix de bois croix de fer, juré craché!

Si vous avez vous aussi envie de stopper le tabac, sachez que la course à pied peut rapidement devenir votre meilleur coach et chance de réussite! Ca a marché pour moi, et aussi pour ma mère, alors pourquoi pas vous?

Ce sont mes baskets qui « fument » depuis 6 ans maintenant ! (la blague qui envoie du lourd…)

Allez pour terminer avec légèreté, voici les meilleurs extraits du film le pari dans cette vidéo…

 

 

Mon petit coin de paradis 2

Image

Hier matin, c’était de nouveau l’appel du soleil ! J’ai décidé de suivre le sentier balisé qui passe devant chez moi… à 90% chemins forestiers. Et toute seule comme une grande fille… parce que faut savoir que je balise un max dans la forêt moi! J’ai peur de croiser la sorcière avec une pomme bien rouge… Bref, je me suis sortie les doigts et j’ai décidé d’affronter cette piste seule mais munie de mon GSM (au cas ou) et surtout pour vous faire profiter des beaux paysages ardennais que j’ai pu contempler.

En terme de safari, j’ai pu croiser pas mal des vaches, veaux, taureaux, chevaux, chiens, ânesses, poules et consorts … La chance m’a également permis de voir un lièvre tellement GRAND que même un chasseur n’en aurait pas voulu (pour pas devoir acheter une nouvelle casserole xxl à Mme Hunter). J’ai sorti l’iphone mais le lièvre m’a snobé l’objectif en un quart de seconde ce saligaud, je ne peux donc pas prouver mes dires…

Par contre deux jolis renardeaux joueurs dans un champs m’ont laissé le loisir de les photographier, bon ils étaient loin, et j’avais pas un Nikon de compet sur moi… je vous ai fait des zooms bien flous et tout pourris à la « VOICI » comme preuve à l’appui !

Je me suis baladée tranquille à l’affût d’une jolie prise de vue à faire… ça m’a passé le temps, et j’ai pu m’arrêter et prendre mon temps pour admirer la nature, super sortie qui m’a comme d’hab fait un bien fou! Voici donc ce que j’ai pu croiser sur mon chemin!

 

 

 

Luxembourg ING Night Marathon – Récit de course

Par défaut

Samedi 30 mai, c’était le Luxembourg Night Marathon, un rassemblement de taille à Luxembourg puisque nous étions environ 11 000 sur la ligne de départ. Cerise sur le gâteau, c’était les 10 ans de cet événement!

J’ai peiné à avoir un dossard mais j’ai finalement trouvé. J’ai pu profiter de la désillusion de quelqu’un qui s’est désisté à la dernière minute! Me voilà donc rebaptisée avec une inscription d’une certaine inconnue se prénommant  « DANIELE » écrit sur mon dossard. Apparemment je suis faite pour avoir un prénom mixte et moche.

Le dernier semi que j’avais couru, c’était celui de Bruxelles l’an passé! J’étais plutôt en forme et j’avais mis 1h57, j’étais fière ! Passer en dessous des deux heures, c’était une mini victoire !

J’ai fait beaucoup de trails ces derniers temps, il a donc fallu remettre les Brooks et refouler un peu le bitume, car je n’avais plus trop l’habitude. Je me suis donc remise à « l’entrainement route » deux semaines avant!

Mais une douleur au tendon d’Achille lancinante me hante depuis un bon moment… De plus, la semaine avant de repos total pour moi c’est NIET car le jeudi soir je donne deux heures de cours de Bokwa… donc samedi matin courbatures aux mollets et tendon hyper douloureux! J’ai donc un sacré doute quant à ma capacité à faire mieux que Bruxelles! Mais j’ai la motivation de donner tout ce que je peux, c’est déjà ça! Je me prépare psychologiquement afin de ne pas tomber de trop haut ^^, tous les coureurs savent que il y a des jours avec et des jours sans… on y peut rien !

Jour J, Luxembourg ville est noire de monde et l’ambiance est au rendez-vous, les terrasses sont pleines, il y a des groupes de musique sur les places, des DJ’s partout (dont un improvisé dans un arrêt de bus), bref c’est la fiesta à Lux ville! Les supporters sont remontés à mort, on doit leur faire honneur et être au top du top!

Coup de feu de 19h00, c’est parti pour tout le monde marathoniens et semi-marathoniens. J’ai calculé que pour arriver en dessous des 1h57, je dois courir d’un rythme bien soutenu en descentes donc du 5’00/km, un peu plus cool sur le plat 5’20/km, pour pouvoir lever un peu le pied en montée 5’40/km… ce que je m’attelle à faire méthodiquement aidée de mes musiques calées sur les battements par minute! Le dénivelé n’est pas énorme (après la Bouillonnante on relativise), juste que les 7 premiers km sont descendants, les 7 suivants à tendance plats, et les 7 derniers en faux plat montant, avec une montée au 19ième. Je gère donc mon timing comme prévu.

J’ai décidé de ne pas prendre mon camelbak car il y a des ravitos tous les 5 km minimum… je l’ai regretté car c’est la cohue et ça m’énerve… certaines personnes font n’importe quoi, en plus j’ai tout le temps soif, je me suis donc arrêtée à tous pour boire un verre d’eau !!!

Je dois avouer que lors de mes autres participations à cette course, j’avais profité et parfois interagis avec les supporters, mais là non, je rentre dans ma bulle et me concentre un maximum… comme dans un film où l’on montre une scène avec les bruits extérieurs qui s’estompent et la caméra qui me tourne autour en reculant!!!  Je regarde très souvent dans le vide devant moi… et m’efforce d’avancer vite, sans me laisser distraire par cette ambiance de dingue en centre ville!!

Les 4 derniers kilomètres je m’aide de mes bras car mes jambes n’en veulent plus trop, mais c’est clairement pas le moment de fléchir, je suis en bonne voie pour battre mon dernier temps… dans ma tête je m’interdis de passer à côté de cette occasion!!! « Scale, tu te donnes un point c’est tout, pas d’excuses qui tiennent » C’est là que le mental est parfois plus important que les jambes!

Arrivée haletante et au BDV (au bout de ma vie) après 1h54, le record n’est pas pulvérisé de 20 minutes mais tout de même 3 minutes de mieux, ça me va!!! Je suis heureuse de n’avoir rien lâché sur la fin! Je marche vers la sortie et me fait médaillée au passage.

Rendez-vous est pris pour courir le semi à Bruxelles en octobre 2015 pour essayer de gagner encore quelques minutes! Parce que il faut se fixer des objectifs dans la vie… et que mettre ses baskets pour courir c’est bien, mais progresser c’est encore mieux et d’autant plus valorisant!

C’est une course dont je ne me lasse pas… troisième participation et toujours l’envie d’y retourner l’an prochain!

Intéressés? >> Plus d’infos ici